Simulation d’une guerre nucléaire et conséquences humanitaires

Tout public
FULL HD
Vlog / Podcast • 30 minutes
Regardez le vlog complet : 1,99€ Essayez The Flares en illimité : 0€
Simulation d'une guerre nucléaire et conséquences humanitaires
Téléchargez au format PDF
Pour télécharger ce document, vous devez acheter ce contenu ou être abonné(e) premium illimité

Avec plus de 13 000 armes nucléaires sur la planète, dont plus de 9 500 près à l’emploi dans la chaine de commande militaire, on a tous l’intuition qu’un conflit nucléaire ne serait pas joli. Pour paraphraser Albert Einstein :

S’il y a une 3ᵉ guerre mondiale, la 4ᵉ sera combattu avec des lances et des pierres.

Mais à quoi ressemblerait exactement une guerre nucléaire ? Nous n’avons aucun précédent pour tirer des comparaisons et plusieurs questions cruciales se posent si on souhaite être le plus précis possible sur les conséquences : quel sera l’impact sur la population ? Quels pays et villes seront visés ? Qu’en est-il de ma famille et l’endroit où je vis ? On va tenter de répondre à toutes ces questions, et bien d’autres en utilisant un programme de simulation de conflit nucléaire appelé Nuclear War Simulator. Mais avant ça, un peu de contexte.

Les armes nucléaires aujourd’hui

Le conflit Russo-Ukrainien a ravivé un feu qui semblait dormant avec le terme “armes nucléaires” sortant de la bouche de leader des grandes puissances bien trop souvent à mon gout. On redécouvre la “grammaire nucléaire” que les générations précédentes avaient l’habitude d’entendre. Le risque s’est grandement accru suite à l’abandon des traités de contrôle des armes nucléaires par les États-Unis et la Russie, à leur engagement dans la conception de nouveaux types d’armes nucléaires ainsi que la position de la Chine qui souhaite augmenter son stock d’ogives.

Il est parfois facile, et certainement utile psychologiquement, d’oublier que nous vivons avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Même si nous n’avons toujours pas complété la trilogie des guerres mondiales, de nombreux exemples attestent de moments où les États-Unis et l’URSS ont frôlé l’utilisation accidentelle ou délibérée de leurs arsenaux nucléaires, suggérant que l’hypothèse d’une guerre nucléaire entre grandes puissances n’est pas aussi improbable qu’elle pourrait le paraître. Le rôle que la chance a joué est suffisant pour réaliser qu’un funambule ne peut pas marcher sur un fil pendant des kilomètres sans tomber. Si vous voulez aller plus loin, je vous renvoie à notre podcast avec Benoit Pelopidas, un expert français sur l’armement nucléaire.

L’humanité ne sera pas complètement réduite à l’extinction après un conflit nucléaire à grande échelle. Cependant, ça reste l’un des pires scénarios imaginables. C’est pourquoi l’arme atomique a une place unique dans la stratégie militaire, car aucun des États la possédant ne souhaite l’utiliser. Il est bien connu que dans une guerre nucléaire, personne ne gagne à cause de la destruction mutuellement assurée. C’est une arme de dissuasion qui n’est là que pour faire peur. Mais nous pourrions quand même nous retrouver dans une situation où ces armes seraient utilisées.

  • Une escalade d’un conflit traditionnel peut malheureusement conduire à une guerre nucléaire, on pense aujourd’hui à des régions telles que le Cachemire, Taïwan, la péninsule Coréenne ou l’Ukraine.
  • Dans certains cas, un État nucléaire peut mal interpréter une erreur technique et croire à tort qu’il est attaqué, ce qui peut entraîner des représailles nucléaires.
  • Un dirigeant fou furieux et irresponsable pourrait accéder au pouvoir d’un État nucléaire ou une rupture dans la chaîne de commande peut également entraîner une situation extrêmement dangereuse.

D’une manière générale, plus le contexte géopolitique est tendu, moins les décisionnaires peuvent prendre le temps de vérifier les informations en cas d’alerte, plus ils pourraient tirer des conclusions hâtives sur la probabilité qu’une alerte soit une véritable attaque et non une erreur. Tout cela augmente les probabilités de démarrer une guerre nucléaire. En réalité, les personnes les plus inquiètes vis-à-vis des armes nucléaires mettent en avant une escalade accidentelle plus qu’une attaque délibérée.

Rappelons qu’aujourd’hui, 9 pays possèdent un arsenal nucléaire. La Russie, les États-Unis, la Chine, la France, le Royaume-Uni, le Pakistan, l’Inde, Israël et la Corée du Nord. Ajoutés à cela, 5 pays non nucléaires hébergent des missiles appartenant aux États-Unis (la Turquie, l’Italie, la Belgique, l’Allemagne, et les Pays-Bas). Certains sont démocratiques, d’autres autocratiques et un des états est dirigé par un dictateur.

Un conflit nucléaire ne conduit pas forcément à une guerre mondiale. Par exemple, un conflit entre l’Inde et le Pakistan pourrait rester confiné à cette région du monde. L’OTAN et la Russie pourraient se faire la guerre sans que les autres États nucléaires ne s’en mêlent. Dans ce cas, 9 pays seraient ciblés. L’OTAN, la Russie + les pays qui hébergent des installations nucléaires.

Mais ici, on ne va pas s’attarder sur la théorie de la dissuasion nucléaire, la probabilité de la 3e guerre mondiale ou les scénarii pouvant conduire à une guerre nucléaire. Mais bien les conséquences directes si une telle guerre est déclenchée. Un conflit nucléaire possède 3 phases. Les attaques nucléaires, les retombées radioactives et l’hiver nucléaire. Cependant, il reste beaucoup d’incertitude sur la 3ᵉ phase et on va mettre de côté les scénarii d’hiver nucléaire tout simplement, car la simulation ne prend encore pas en compte ce facteur, apparemment, il sera ajouté dans de futures mises à jour. Mais ça reste un sujet qui m’intéresse beaucoup et je prévois de traiter l’hiver nucléaire prochainement donc abonnez vous pour ne pas manquer ça !

Il vous reste 77% de ce contenu à découvrir...
Encore 77% de ce contenu à découvrir...
Regardez le vlog complet : 1,99€ Essayez The Flares en illimité : 0€
Déjà abonné(e) ? Connectez-vous
Logo The Flares
[contenus_similaires]

Rate this post