Nous avons de l’intérêt pour le système solaire. Non seulement pour ces ressources, mais également pour de potentielles futures colonies. Au rythme de la surpopulation et de l’épuisement des ressources de la planète Terre, la question d’une expansion de nos territoires au-delà de notre planète mère va se poser. Le problème avec la colonisation c’est que nous avons des besoins spécifiques pour survivre que seule la Terre peut nous donner. Mais il existe une solution qui s’appelle la terraformation. Cela consiste à transformer un environnement hostile en un habit favorable à la vie humaine.

Alors la première planète qui vient à l’esprit c’est Mars. La plus proche et souvent comparée à la Terre. Son atmosphère est très fine et composée en grande partie de CO2 ce qui craint un peu. En plus, Mars est éloigné donc il fait froid. Environ -63°C. Ajoutons à la liste des problèmes : pas de champ magnétique et une gravité 1/3 plus faible. Est-ce qu’une terraformation est possible ? Eh bien oui. En créant un effet de serre, on pourrait rendre l’atmosphère de la planète plus épaisse et la réchauffer en même temps. En ajoutant des plantes et une flore terrestre, de l’oxygène pourrait nous permettre de nous installer sur la planète rouge. En faisant fondre les pôles gelés de la planète, nous pourrions avoir des océans et ensuite, la vie devrait pouvoir s’épanouir. Quelques magasins par-ci par-là et on sera comme chez nous ! Mais il y a quand même un hic … le champ magnétique ! C’est en partie à cause de cela que Mars a perdu son atmosphère il y a des milliards d’années ! Si on le rend viable à nouveau, il risque de s’évaporer. Donc Mars n’est pas une option si idéale que ça.

Regardons donc l’autre planète voisine, Venus. Elle possède une atmosphère très dense avec une température moyenne de 460°C donc il y a du boulot pour la terraformer. En la bombardant avec de l’hydrogène, nous pourrions créer des océans. Ils permettraient de dissoudre dans l’atmosphère du nitrogène et réduire ainsi sa pression à quelque chose de plus supportable pour nous petits humains.

Mercure est également une option. La planète possède des molécules organiques et d’eau dans sa partie nord. Donc en réchauffant le fond de gros cratères avec des miroirs géants par exemple, pourrait faire fondre la glace enfouie. Et en plaçant une sorte de dôme au-dessus de ses cratères, il est tout à fait envisageable de créer des conditions pas trop mal pour passer quelques jours de vacances au soleil. (Prendre quand même pas mal de crème).

Au niveau planète, c’est un peu près tout. Jupiter et Saturne, on oublie et les autres sont trop loin du soleil. Par contre, certains satellites sont intéressants. Europe, le satellite de Jupiter possède beaucoup de glace sur sa surface donc en la faisant fondre, elle pourra relâcher de l’oxygène dans l’atmosphère. Bon, toute la planète sera composée d’eau en mode Waterworld si on fait ça. Après, on peut surement construire des villes flottantes et des îles artificielles … imaginer la qualité des croisières ! Titan, la plus grosse Lune de Saturne est également un candidat, mais il faudrait aussi rendre son atmosphère moins toxique et la peupler d’oxygène.

En tout cas, on a beau savoir comment faire en théorie, toutes ses hypothétiques terraformations seront très compliquées à exécuter ! On ferait mieux de s’occuper de la seule planète qui nous permette de vivre. Car on parle de rendre les autres planètes comme la Terre, mais nous sommes en train de rendre la Terre toxique comme ces autres planètes … Un peu le monde à l’envers n’est ce pas ?