Liam avance d’un pas pressé. Comme d’habitude, il sait qu’il va devoir gérer des tas de choses en arrivant au bureau. Les employés, les associés, les clients, tout monde a toujours quelque chose à demander. Pour pouvoir s’assurer de respecter le planning de la journée, il n’a pas d’autre choix que de répondre à ses messages sur le chemin du travail.

Il arrive enfin ! Le building Human3 est sans aucun doute l’une des constructions les plus hautes de la ville. Un bâtiment qui à lui seul est le symbole authentique d’une suprématie à toute épreuve. Le marché du transhumanisme est une mine d’or sans fond, un puits de pétrole inépuisable.
Liam passe toujours par l’entrée secondaire, derrière le bâtiment. L’entrée principale est régulièrement obstruée par des manifestations de contestation. Comme à chaque passage, Liam croise aujourd’hui le regard d’un homme qui attend là debout sans rien dire. Comme à chaque passage, Liam émet de nombreuses hypothèses sur ses motivations. Comme à chaque passage, l’homme porte un vieil imperméable marron et un grand chapeau fatigué par le temps. Liam pense voir dans ses yeux un semblant de haine, peut-être mélangé à une légère mélancolie. Difficile d’en être certain. Comme à chaque passage, Liam détourne rapidement son regard du sien et continu son chemin jusqu’au grand hall d’accueil. Une fois à l’intérieur, ses pensées se focalisent à nouveau sur le planning de la journée.

« 78ème étage ! Monsieur Hoylun, madame Dee, c’est ici que vous descendez. Je vous souhaite une excellente journée. »
Les portes de l’ascenseur s’ouvrent, Liam sort le premier sans faire preuve d’une quelconque galanterie.
Il entre d’un pas décidé dans l’open space où des dizaines d’employés travaillent déjà. Des regards furtifs se tournent vers lui. Liam a conscience des regards qui le guettent. Ces derniers ne font qu’alimenter sa fierté de chef d’entreprise. Il traverse cet open space tous les matins pour se rendre à son bureau, et il ne s’en lasse jamais.

Liam entre dans une immense salle, avec en son centre, une longue table ovale en verre, entourée de fauteuils de cuir noir. Une dizaine d’employés en costumes lui emboîtent le pas et s’installent sans attendre à leurs places respectives. Liam pose une tablette tactile et s’assoie sereinement sur le fauteuil qui préside la table.
Liam : « Mesdames, messieurs ! Voyons ensemble ce que nous racontent les chiffres. »
Tous s’affèrent dans un silence presque parfait. Ils sortent leurs documents et se tiennent rapidement prêts à suivre la réunion.
Liam : « Madame Dee… où en est-on avec la campagne de la série L9 ? »
Mme Dee : « Écrans ! »
La salle s’assombri brusquement. Des surfaces holographiques lumineuses s’activent simultanément en face de chaque place occupée. Quelques chiffres apparaissent, puis des courbes.
Mme Dee : « Depuis son lancement le mois dernier, les ventes dans le secteur du luxe accusent une croissance progressive de 57.3%. L’incidence de la campagne est néanmoins beaucoup moins évidente dans les secteurs militaires et médicaux. Nous pouvons observer une légère augmentation de 12.5% des ventes. Je dirais que les résultats sont plutôt prometteurs, même s’ils restent évidemment encore loin de ceux de la série A7. »
Tous acquiescent dans son sens dans une simultanéité troublante de conformisme.
Tous sauf Thomas, qui demeure perplexe.
Liam : « On vend plus de jambes que de bras… c’est pas le pied ! Hahahaha ! »
Tous rigolent de bon cœur à la blague de Liam.
Tous sauf Thomas.
Pendant que les autres continuent leurs rires malsains, Liam observe Thomas du coin de l’œil.

Liam est seul, assis devant son bureau. Sur l’écran de son ordinateur, la photo de Thomas, accompagnée d’informations complémentaires. Liam fait défiler la page et lit attentivement.
Il se recule dans son fauteuil et se plonge dans une réflexion qui semble l’inquiéter.
Liam se gratte machinalement le bras droit. Une légère douleur le sort de sa réflexion. Il regarde son bras à l’endroit de la douleur et constate qu’il vient de s’arracher une petite verrue en se grattant.
Il ressent une nouvelle démangeaison, cette fois-ci sur la jambe droite. Il soulève légèrement son pantalon et remarque une autre verrue.
Liam sort un produit désinfectant et une boîte de pansements du tiroir de son bureau. Il verse un peu de liquide sur sa plaie et colle un pansement par dessus.
Dans un léger cri de douleur, il arrache la verrue de la jambe et panse la plaie de la même manière que pour celle du bras.
Liam s’enfonce à nouveau dans son fauteuil, et se laisse aller à ses pensées.

Découvrez les autres épisodes de Papilloma

 

ÉPISODE PRÉCÉDENTÉPISODE SUIVANT

 

 

 

Cet article a été écrit par :

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2019 The Flares - the-flares.com ©

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?