Toutes mes réponses sur les forums

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #7577
    Avatar Jocelyn Beaudry 
    Participant

    Bonjour Dallas. J’ai décidé de modifier le moindrement ce que je venais tout juste de te répondre, tout en espérant que ce qui suivra ne pourrait pas paraître comme un spam (une répétition) dans la présente tribune. Comme je venais de te dire aussi, on excusera mes fautes dans ma précédente intervention que je n’ai pas pu modifier ou éliminer, THE FLARES m’ayant répondu que ce ne pourrait pour l’instant être possible. Dans ce qui va suivre, il ne faudrait pas voir ça comme si je dirais que rien n’existerait non plus, au risque du déni de réalité qui pourrait bien se comparer à l’autisme, la schizophrénie ou on ne saurait quoi d’autre du genre.

    Comme je venais de te dire, je pourrais répondre en disant simplement que la liberté comme le transhumanisme seraient des choses qui n’existeraient pas vraiment, ce que je crierais sur tous les toits depuis un bon moment (voir La vraie définition du transhumanisme dans ce site). << Liberté >> ne serait donc pas une injonction si elle existerait, mais celle avec un petit << l >> le serait sous de multiples formes, dont entre autres : le coup de poing ou pied, les aléas de la vie comme tout ce qui serait tâche à accomplir par nécessité (après coup), nos lois lorsqu’elles ne considèreraient pas x chose (après coup), etc.

    Pour les mondes identiques, non, ça n’existerait pas non plus et au dire de… comme sans doute les multivers, les mondes parallèles, etc. Avant de dire aussi << les atomes >>, en quoi consisteraient-ils (leur définition), un principe d’incertitude comme d’indétermination de Heisenberg pouvant les recouvrir puisque nous n’en connaîtrions pas tous les constituants quantitativement et qualitativement? Ne les étudierions-nous pas par ou non l’intermédiaire du fameux LHC, ce qui serait du domaine de la recherche fondamentale (la matière et l’énergie noires, les trous noirs…)? Est-ce que même Einstein n’avait pas dû se débarrasser de la notion de simultanéité absolue (peu importe)?

    Concernant l’algorithmique, elle pourrait nous être utile jusqu’aux dernières nouvelles. Le danger serait plutôt tout réductionnisme dans quelque domaine en affirmant, entre autres, que la conscience serait réductible à quelque processus chimique mesurable, alors qu’il ne serait pas à être séparé de la physique, la biologie, la psychologie et la sociologie (inconnu). Donc, la liberté n’existerait bel et bien pas encore une fois, parce que nous ne pourrions pas identifier quelque causalité que ce soit dans le but d’expliquer la complexité du monde dans lequel nous vivrions toujours.

    Merci pour ton intervention tout en espérant avoir pu t’aider.

    #7575
    Avatar Jocelyn Beaudry 
    Participant

    Bonjour Dallas. Premièrement, on excusera les fautes de mon intervention ici-haut dont j’aurai même demandé que l’on nous donne indéfiniment la possibilité d’effacer et de corriger comme dans certains sites, mais sans succès on m’aurait répliqué.

    Je pourrais tout simplement te répondre que la liberté comme le transhumanisme n’existeraient tout simplement pas, ce que je crierais sur tous les toits depuis longtemps (voir La vraie définition du transhumanisme dans le présent site). << Liberté >> ne serait donc pas une injonction si elle existerait, mais liberté avec un petit << l >> oui et sous de multiples formes : coup de poing, coup de pied, de multiples imprévus dans les aléas de la vie comme tout ce qui serait tâche à accomplir par nécessité (après coup).

    Pour les mondes identiques, non, ça n’existerait pas non plus, comme sans doute les mondes parallèles, les multivers, etc. Pour dire aussi << les atomes >>, que serait d’abord et avant tout un atome dont nous saurions qu’un principe d’incertitude comme d’indétermination d’Heisenberg le recouvrerait, d’où la recherche fondamentale de type ou non LHC se faisant actuellement pour ses constituantes? Est-ce que même Einstein n’avait pas dû rejeter aussi la notion de simultanéité absolue dans le domaine de la physique?

    Pour l’algorithmique, elle nous serait utile aux dernières nouvelles. Le danger serait tout réductionnisme dans quelque domaine en affirmant que la conscience serait réductible à quelque processus chimique mesurable, alors qu’il ne serait pas à être séparé de celui physique, biologique, psychologique et sociologique (inconnu). Donc, la liberté n’existerait bel et bien pas encore une fois, parce que nous ne pourrions identifier quelque causalité que ce soit dans le but d’expliquer la complexité du monde dans lequel nous vivrions toujours.

    Merci pour ton intervention tout en espérant de t’avoir aidé.

     

     

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)