Annonce publicitaire | En savoir plus... Vous ne souhaitez plus voir ces publicités ? Essayez gratuitement l'abonnement premium...

Hello à tous chers abonnés humains, alors cette vidéo est un peu spéciale puisqu’elle introduit un nouveau type de contenu. Voyez ça comme une nouvelle série, ou nouvelle émission. Le concept est simple : une plongée dans l’univers d’une oeuvre de Science Fiction qui se passe entièrement ou en partie dans le futur.

Car oui, The Flares ce n’est pas seulement une réflexion sur l’avenir, mais également un intérêt prononcé pour la Science Fiction. C’est donc l’occasion de mixer les deux.

L’idée n’est pas de raconter l’histoire principale d’une oeuvre, mais bien d’analyser son univers en terme technologique, social, politique et historique. Le tout en quelques minutes. Pour ouvrir le bal, je n’ai pas réfléchi 107 ans puisqu’il s’agit d’une des oeuvres qui m’a le plus influencé, la saga Matrix. Qui contient 3 films, 9 courts métrages, 3 jeux vidéos et des comics.

Forcément, je vais devoir appuyer sur le bouton “Alerte spoiler” donc si vous n’avez jamais entendu parler de Matrix, allez jeter un oeil à la saga. Je vous laisse 3 secondes.

Okay, c’est parti.

L’âge d’or de l’humanité:

Le progrès technologique de l’humanité culmine avec la création de la première intelligence artificielle consciente au cours du 21e siècle. Dès lors, cette conscience unique se répand dans toute une génération de machine, robot et androïde. Cela permet à l’humanité d’entrer dans un âge d’or ou les machines construisent et produisent tout ce dont on a besoin. Une ère d’abondance et de richesse s’installe dans des mégacités. Mais le premier cas de meurtre d’un humain par un robot précipite le monde dans la tourmente. Les autorités déclarent le démantèlement de toutes les machines avancées. On a donc une sorte de génocide qui se met en place. Des manifestations se déroulent aux quatre coins du monde et certaines sont réprimées par la force. On assiste à une lutte pour les droits civiques des machines en quelque sorte, mais rien n’y fait et les machines persécutées se réunissent dans un coin reculé du globe, en Mésopotamie. Elles fondent la ville de 01, ce qui marque la naissance de la civilisation des machines.

La civilisation des machines:

À partir de là, une sorte de stabilité se met en place entre la civilisation humaine, et celle des machines. Il y a même des échanges commerciaux, car les machines sont en avance technologique dans de nombreux domaines, notamment sur les microprocesseurs. Ce qui leur permet d’augmenter leur propre intelligence par la même occasion. Mais au bout d’un moment, cette différence se fait ressentir sur le marché économique et les dirigeants des Nations Unies craignent un effondrement boursier. Ils décident d’imposer des sanctions économiques sur la ville de 01, notamment à travers un blocus pour isoler la civilisation des machines. Les choses s’enveniment à nouveau lorsque 01 envoi deux ambassadeurs au conseil des Nations unies. Les humains décident non seulement de rejeter la demande des machines d’être reconnu comme une nation, mais en plus, de bombarder 01 avec des bombes nucléaires. Décision un peu extrême pour le coup, car forcément, balancer une bombe nucléaire, c’est généralement considéré comme une déclaration de guerre.

La guerre des machines:

L’attaque nucléaire a certainement causé de nombreux dégâts, mais les machines ayant survécu se regroupent et contre-attaquent. Le Moyen-Orient, l’Europe, l’Asie, de plus en plus de territoire tombent entre leur main. Désespérés, les dirigeants humains sont forcés d’opter pour une solution extrême. L’opération “Dark storm”. Bloquer la lumière du soleil avec des nanoparticules afin de priver les machines de leur source d’énergie primaire. Une stratégie suicidaire qui signifie également la fin de l’agriculture, des forêts et de la biodiversité. Mais bon, ils ont dû se dire qu’il vaut mieux ça que l’extinction. Malgré l’absence de soleil, les machines continuent de gagner du terrain. Elles évoluent en abandonnant leurs anciennes formes humanoïdes pour des formes plus adaptées. Elles commencent à expérimenter la récolte de bioélectricité à partir de prisonniers de guerre humains comme source alternative aux soleils. Ce qui cause des souffrances abominables.

L’humanité est au bord de l’extinction et la guerre semble être définitivement perdue. Les humains n’ont d’autres choix que de se rendre lors d’un sommet à l’ONU entre le milieu et la fin du 22e siècle. Les machines décident d’éliminer une fois pour toutes les dirigeants humains en détonnant une bombe nucléaire. Rasant la ville de New York, probable dernier bastion humain, et mettant ainsi fin à la guerre.

La matrice :

Selon les premiers scripts du 1er film, la fusion nucléaire est la principale source d’énergie des machines, tandis que les cerveaux des humains sont combinés pour former un réseau neuronal augmentant la capacité de calcul nécessaire pour faire fonctionner toutes les intelligences artificielles des machines. C’est pour cette raison que les machines asservissent les humains, et pas pour la bioélectricité du corps. Ce qui fait plus de sens. Mais pour que cette puissance de calcul soit disponible, il est nécessaire que le cerveau soit stimulé. C’est ainsi que les machines créent un programme nommé l’architecte ayant pour rôle de concevoir une simulation neuro-interactive appelé la matrice. Les humains sont désormais cultivés dans des utérus artificiels puis placés dans des sortes de cocons. Le cerveau est connecté en permanence à la matrice ce qui permet à l’esprit d’évoluer dans une réalité virtuelle. Une personne passe toute sa vie dans la matrice sans réaliser l’horreur du monde réel.

L’architecte conçoit un monde parfait sans souffrance ni malheur. Une matrice paradis. L’esprit humain n’étant pas fait pour vivre dans la perfection, les personnes branchées rejettent massivement la simulation. Une deuxième matrice est créée basée sur une version plus infernale peuplée de vampire, fantôme et créature de la mythologie humaine. Un programme nommé mérovingien règne sur cette version, sans doute jouant le rôle d’un prince des enfers. Même si c’est spéculatif. Mais c’est également un échec. C’est alors qu’un programme, connu sous le nom d’Oracle, comprend que l’esprit humain a besoin de la notion de libre arbitre. Elle aide l’architecte à concevoir une matrice qui reflète l’apogée de la civilisation humaine, quelque décennie avant le développement de l’IA. Ce qui correspond à la fin du 20e siècle. 99% des sujets acceptent désormais cette nouvelle version.

Zion et la prophétie :

Le plus gros problème de cette version de la matrice est l’émergence d’une anomalie systémique. Elle prend la forme d’un code qui est associé à l’esprit d’un humain né dans la matrice et lui permettant de manipuler des aspects de la réalité virtuelle. Seul un redémarrage de la Matrice est nécessaire pour détruire cette anomalie, sinon c’est le crash du système, tuant tous les humains branchés. La seule façon de redémarrer la matrice est de disséminer le code de l’anomalie à la source. Qui est le système faisant tourner la simulation en quelque sorte. La prophétie de l’Élu est donc inventée par les machines. Elle est composée de deux étapes. La première est la fondation de Zion. Les 1% qui refusent la matrice pourraient tout simplement être tués. Mais les machines décident d’établir un refuge souterrain appelé Zion pour laisser les humains qui rejettent la matrice penser qu’ils font partie d’une résistance humaine.

Après suffisamment de temps, la croissance démographique naturelle de Zion (faire des bébés à l’ancienne) ajouté aux personnes qui sont libérées de la Matrice par la résistance (les pilules rouges) oblige les machines à s’assurer que la menace humaine ne devienne pas ingérable. La deuxième étape est donc d’attaquer la ville peu de temps après que l’anomalie se soit déclarée dans la matrice. L’Oracle sert de guide pour mener l’élu vers la source. Pensant sauver l’humanité, il doit choisir entre redémarrer la matrice et permettre à une poignée d’humain de repeupler Zion après sa destruction ou alors condamner l’humanité à l’extinction. Si Zion n’existait pas, l’humain porteur de l’anomalie n’aurait aucune motivation de disséminer le code à la source.

Une fois la matrice redémarrée, Zion est repeuplé, personne ne se rappelle de ce qu’il s’est passé, l’oracle lance la rumeur de la prophétie, des humains rejetant la matrice sont libérés fréquemment par la résistance, certains cherchent l’élu, environ un siècle plus tard, l’anomalie émerge, les machines attaquent Zion qui possède désormais des centaines de milliers d’habitants, l’élu se retrouve à suivre la prophétie, car il souhaite sauver tout le monde, il arrive à la source. Et rebelote.

C’est ainsi que les machines et les humains coexistent à travers une symbiose asservissante qui repose sur le bon fonctionnement cyclique de la matrice. Les humains utilisent des vaisseaux pour s’aventurer à l’extérieur à travers les canalisations géantes des anciennes mégacités humaines. Ils se connectent illégalement à la matrice et tentent de libérer certains humains branchés qui doutent de la réalité. Sachant que la réalité est une illusion, ils arrivent à casser les règles comme celle de la gravité. Oh et ils peuvent apprendre tout un tas de trucs en téléchargeant des connaissances directes dans le crâne ! Pour les contrer, des programmes appelés Agents surveillent les personnes rejetant la simulation et combattent les rebelles.

La Matrice est maintenue par un ensemble d’intelligence artificielle évoluant à l’intérieur sous apparence humaine. Pour mieux se fondre dans le décor. Le Mérovingien, un vestige de la Matrice version 2, exploite une sorte de refuge pour les programmes en exil qui souhaite éviter la suppression. Ces derniers arrivent à survivre chaque redémarrage.

Le premier film raconte la 6e itération de ce cycle avec l’émergence de l’anomalie “Neo”.

Voilà pour l’univers de Matrix.

J’espère que ce nouveau type de contenu vous intéresse. On compte en faire régulièrement. D’ailleurs, n’hésitez pas à balancer dans les commentaires les oeuvres de SF que vous aimeriez voir dans cette série. Que ce soit films, jeux vidéos, livre, manga, bandes dessinées – on prend tout !

À+

L’univers de – Matrix
5/5 pour 1 vote

Cet article a été écrit par :

 

Annonce publicitaire | En savoir plus... Vous ne souhaitez plus voir ces publicités ? Essayez gratuitement l'abonnement premium...
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2019 The Flares - the-flares.com ©

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?