Annonce publicitaire | En savoir plus... Vous ne souhaitez plus voir ces publicités ? Essayez gratuitement l'abonnement premium...

Les jeux vidéos, c’est le genre de domaine qui évolue sous nos yeux à une vitesse déconcertante et pourtant, on n’a pas vraiment l’impression d’assister à des changements drastiques. Pourtant entre pac man et GTA 5, il y a quand même une petite différence.

La principale chose que l’on peut noter sur l’évolution des jeux vidéos, c’est bien sur les graphismes. Je n’arrive même pas à me souvenir à quel point c’était mauvais lorsque j’étais gamin. Par exemple, je suis fan de foot, et donc les jeux de foot m’ont bercé jusqu’à … ben jusqu’à encore aujourd’hui. Le 1er jeu de foot que j’ai eu c’était FIFA 97 ! sur PlayStation 1. En gros, des pixels rectangulaires, qui poussent un pixel rond (enfin à peu près rond). 22 ans plus tard, on a FIFA 19.

Alors cette évolution graphique est due à de meilleurs processeurs, carte graphique, RAM bref, du meilleur matériel. C’est donc le paradigme actuel. Les PC et les consoles sont devenus plus performants, et les développeurs ont donc fait des jeux plus jolis à regarder et plus immersifs. Logiquement, si ce paradigme continu, on va voir arriver la PlayStation 5, la 6, la 7 et les générations de consoles vont se suivre jusqu’à ce qu’on ait la PlayStation 12 sur Mars. Très bien, sauf que non.

Il y a un nouveau paradigme qui pointe le bout de son nez et qui va révolutionner presque tous les aspects du jeu vidéo. Que ce soit console et PC.

Il y a trois facteurs majeurs qui expliquent l’arrivée du nouveau paradigme.

Le 1er c’est internet qui a connecté des millions de joueurs. Avant ça, c’était soit jouer solo, soit brancher 2 ou 4 manettes et se faire une partie à plusieurs. (ne pas sortir cette phrase de son contexte svp). Ou alors, aller dans une salle d’arcade et affronter d’autres joueurs. Bon je ne vais pas m’attarder là-dessus, car je pense que tout le monde pige l’impact que le jeu vidéo en ligne a eu sur les joueurs dans le monde.

Le 2e facteur c’est YouTube et Twitch qui abritent une énorme communauté de gamer. C’était difficile d’imaginer il y a 20 ans que des millions de personnes seraient prêts à regarder des vidéos de gens qui jouent. Pourtant c’est un phénomène qui n’a fait que s’accélérer et certains Lives de gamer sont vus par autant de personnes que le final de game of throne ! Ça génère également beaucoup d’argent , à travers le sponsoring, la pub et le soutien participatifs. Cela fait donc partie du paysage vidéoludique d’aujourd’hui et on ne peut pas l’ignorer lorsque l’on s’intéresse aux jeux vidéos.

Le 3e facteur, c’est le cloud. Cette espèce de truc invisible qui permet de sauvegarder des fichiers et d’y avoir accès peu importe la plateforme et où l’on se trouve. Cela fait finalement tout au plus une dizaine d’années que le cloud a émergé et pris de l’ampleur. Plusieurs raisons, notamment l’augmentation du débit de connexion, fibre optique, 4g et les solutions offertes par les géants de la tech qui propose d’héberger nos données sur leurs serveurs, mais également d’utiliser leur puissance de calcul à distance. Ce qui est appelé cloud computing en anglais. On a le Google Cloud, Amazon web service, Microsoft azure.

Du coup, c’est logique que le nouveau paradigme du jeu vidéo soit lancé par un des géants de la tech. Car ce sont eux qui possèdent les systèmes de cloud computing les plus performants au monde. Et c’est Google qui frappe le premier avec l’annonce en Mars 2019 de Google Stadia.

Nouveau paradigme :

L’idée est simple : jouer en ligne sans installer le jeu sur son pc ou sa console. En d’autre terme, jouer dans le cloud sans limitation de performance ni d’espace de stockage.

On a tous déjà eu la frustration de vouloir jouer sur son PC, mais de ne pas pouvoir faire tourner le jeu à fond, car la carte graphique n’est pas assez puissante ou qu’on n’a pas la console qu’il faut. Imaginer pouvoir lancer votre jeu préféré avec les graphismes poussé au max tandis que vous êtes sur votre pc portable à trois sous.

Ce que Google souhaite mettre en place avec Stadia c’est clairement un futur du jeu vidéo sans console. On aura plus à acheter la dernière génération de console ou de mettre à jour son PC juste pour pouvoir jouer aux derniers jeux qui demande des ressources matérielles monstrueuses.

Lors de la présentation de stadia, Google explique qu’il sera possible de lancer un jeu directement depuis son navigateur internet. Par exemple en regardant le trailer du dernier assassin’s creed sur la page officielle d’Ubisoft, il sera possible de cliquer “jouer”, et hop, en 5 secondes, on est dans une partie, en 4K, graphisme au max, HDR et en 60 img/s. Le jeu tourne sur le data center de Google et n’impose aucune contrainte de performance sur votre pc. Ce qui est impressionnant c’est la possibilité de changer de plateforme instantanément. Sur son téléphone, pc de bureau, tablette et TV connecté. Tant que l’on possède une bonne connexion, tout va bien. Ce qui n’est pas forcément le cas de tout le monde, c’est sur. Mais même les zones les plus rurales de la planète seront connectées en très haut débit à un moment dans l’histoire de l’humanité. Je pense que c’est une hypothèse plausible.

Google ne fait pas dans la demi-mesure puisqu’ils accompagnent leur système par une manette dédiée. Eh oui, Google fait des manettes maintenant. Qui ressemble quand même fortement à celle de la ps4. Le point fort c’est que la manette sera connectée en wifi directement à la session de jeu qui tourne sur le data center et sera capable de reconnaître quel écran est utilisé, et pourra changer instantanément si l’on passe de sa TV à son ordi.

En pressant ce bouton de partage, il est possible de passer sa session de jeu en live sur YouTube en 4k. Donc super intéressant pour les youtubers qui font du streaming. Une application pourrait être un joueur qui vient de pulvériser un score et il offre à d’autre la possibilité de le battre en mettant le niveau en ligne avec les mêmes paramètres simplement en cliquant sur un lien qui ouvre le jeu au moment où le joueur le souhaite. C’est similaire à la façon dont on partage des vidéos. On enregistre le lien, on le copie sur Facebook, dans un email, sur Twitter, et les personnes lancent la vidéo lorsqu’il clique sur le lien. Ce sera pareil, mais le lien lancera un jeu.

Il y a également un bouton pour lancer le google assistant et, tout comme pour le Google home, de poser vocalement une question. Genre : Je suis bloqué, que dois je faire. Et sans quitter le jeu, l’IA de Google nous proposera des résultats.

Ce que cela veut dire pour les développeurs de JV c’est fini les limitations liées aux performances actuelles des consoles et PC. Ubisoft, Rockstar, EA et les autres pourront profiter de la puissance de calcul des serveurs de google pour faire des jeux monstrueux sans avoir peur que les utilisateurs ne pourront pas les faire tourner. Les développeurs de jeux vidéo n’ont jamais eu autant de puissance de calcul à leur disposition ! Il faut s’attendre à voir des jeux arriver qui vont nous mettre des grosses claques. La taille des cartes sur jeux à monde ouvert sera sans précédent. On n’est pas loin de voir la planète entière faire partie du terrain de jeu du prochain GTA !

Au niveau jeux en ligne, il sera possible d’être des milliers sur une carte en temps réel, sans latence et en parfaite synchronisation. Imaginer le prochain battlefield ou call of duty ! Ce sera une vraie guerre virtuelle en mode Omaha beach !

Je ne pense pas que Google aura un monopole là-dessus. Je vois mal Amazon, Apple, Microsoft rester dans leur coin sans bouger. Sans parler de Sony et Nintendo qui vont voir l’intérêt pour une nouvelle console baisser dangereusement. Donc on aura surement plusieurs plateformes, mais chaque entreprise devra posséder sa propre ferme de serveur pour faire tourner les jeux. Mais d’un autre côté, c’est un investissement énorme de bâtir de telle infrastructure donc on verra surement des partenariats entre Sony et Google, ou Amazon et Nintendo.

Alors on voit facilement les promesses, mais on peut être inquiet quand même, car Google, quand on y réfléchit bien, c’est un aspirateur. Ils nous offrent des services super qui facilitent la vie et c’est exactement pour cela qu’on développe des technologies. Mais leur business model il est vraiment malsain. C’est un aspirateur comme je disais. Un aspirateur de donnée personnelle qu’ils revendent ensuite à droite à gauche avec pour unique but de faire du profit. Que ce soit nos trajets sur Google Map, le contenu de nos emails, nos recherches, notre historique, et tous les sites qui sont connectés avec notre compte google… la liste est longue et forcément, rajouter un service de jeux vidéo c’est pas très rassurant.

C’est quand même assez incroyable que ce soit légal ce qu’ils font, ainsi que les autres Facebook, Amazon, etc. Je veux dire, si demain je décide de créer une entreprise qui repose sur l’idée d’infiltrer les résidences des citoyens pour leur voler des trucs qu’ils possèdent, pour ensuite les revendes aux plus offrants, assurément, je vais avoir des petits soucis au niveau légalité et mon entreprise, elle risque de ne pas voir le jour de sitôt. Mais pour Google et les autres, pas de soucis. C’est surement un accident de l’histoire qui sera rectifié lorsque tout le monde aura bien pris conscience des problèmes que ça pose. Et l’Union européenne commence à se réveiller c’est pas plus mal.

Au niveau du modèle économique, là aussi un gros bouleversement. Avec ce système, ça m’étonnerait que l’on achète encore des jeux à l’unité. Le modèle logique sera celui de l’abonnement. Tout comme netflix finalement. J’imagine que l’on aura un abonnement mensuel à stadia, ou celui d’un autre service, et on pourra jouer à n’importe quels jeux sur leur catalogue. Les développeurs comme Ubisoft vendront peut-être leur licence à Google Stadia et partageront les recettes.

Par contre, ne plus posséder son jeu, c’est risquer de le voir disparaître du catalogue si jamais la plateforme perd les droits ou autre. Ce genre de cas de figure se passe déjà sur Netflix et c’est frustrant de ne plus pouvoir regarder à nouveau une série qu’on a aimée. Donc des joueurs mécontents en perspective.

Pour résumer, le futur du jeu vidéo tel que je le vois prochainement basé sur toutes ces infos c’est le cloud gaming. Fini la dépendance au matériel. On pourra jouer aux meilleurs jeux sur le marché dans les meilleures conditions graphiques avec comme seule condition une bonne connexion internet.

Ensuite un modèle économique basé sur l’abonnement à un catalogue d’une plateforme.

Et au niveau de la réalité virtuelle, je pense que l’on va voir des choses se passer, car une des grosses limite aujourd’hui, c’est que les environnements VR demandent de grosses ressources informatiques. Si elles sont déléguées dans le cloud, le casque sera connecté au cloud et pourra utiliser les puissances de calculs sur les serveurs à distances, rendant possible, surement du photo-réaliste en VR ! De quoi lancer complètement cette technologie et se rapprocher un peu plus de la matrice.

Références :


Notez ce contenu

Cet article a été écrit par :

 

Annonce publicitaire | En savoir plus... Vous ne souhaitez plus voir ces publicités ? Essayez gratuitement l'abonnement premium...
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2019 The Flares - the-flares.com ©

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?