Le jour de la Transition

Alors que je marchais dans le long couloir rouge éclairé par mille néons, je ressentais une extrême nervosité. Les gouttes de sueur perlaient de mon front comme de la glace fondant au soleil. Je bus la moitié de ma bouteille d’eau, pris une grande inspiration et m’arrêta devant la grande porte d’entrée. Un écran holographique affichait la liste des participants juste à côté de moi. Je ne souhaitais qu’une chose, passer la présentation au plus vite et être fixé. L’assistante en face de moi me souriait, voyant bien l’état émotionnel dans lequel je me trouvais.

« Il n’y a pas de quoi s’inquiéter, c’est avant tout votre choix qui compte » me dit-elle.

Je répondis d’un simple hochement de tête accompagné d’un petit sourire du coin des lèvres.

Mon nom s’afficha sur la liste et clignota : Carl Anderson. La porte s’ouvrit aussitôt et l’assistante me fit signe d’y aller.

Je me trouvais dans une salle ressemblant à un auditorium. Une dizaine d’individus bien habillés se trouvait devant moi. Je faisais mine de ne pas être impressionné tandis que je m’avançais au milieu du présentoir. Le moment était venu. Je me redressa comme si un marionnettiste tirait sur mes ficelles et commença : « Bonjour à tous. Je me souviens de l’excitation qui vibrait en moi à l’approche de mes 18 ans ! Je n’arrêtais pas de me renseigner sur les possibilités pour mon futur. Bien sûr, au début on se pose la question élémentaire : Rester ou Transitionner. Ensuite, je me suis posé des questions sur les options qui s’offraient à moi. Et elles étaient presque infinies ! »

Quelques membres dans la salle prenaient des notes sur leur tablette, mais la plupart restaient concentrés. Me regardant droit dans les yeux sans un seul clignement de paupière.

« Mes parents ont choisi cette réalité. Faut dire qu’ils se sont rencontrés dès leur 16 ans. Le coup de foudre comme on dit. Et ils ont souhaité faire un enfant avant le jour de la Transition. Bizarre comme idée ! Mais résultat, plus possible de choisir. Et je me suis retrouvé avec des parents. La plupart de mes amis sont élevés dans les établissements spéciaux. Du coup, je me suis toujours senti un peu comme … l’exception. Pas que je regrette, après tout c’était génial, mais on se sent quand même différent. Toute mon enfance, ils ont tenté de me convaincre de ne pas partir. On a fait le tour du monde, vu les plus beaux paysages de la planète. La Lune, et même Mars pour mes 14 ans. Sans parler de toutes les activités qu’ils m’ont fait faire. Aujourd’hui, je comprends pourquoi. C’est évident. Ils voulaient me montrer la beauté de la réalité afin que je choisisse de rester. J’ai quand même hésité un peu, je dois bien l’avouer. Il y a forcément des questions éthiques qui se posent. À 17 ans, j’étais sûr que j’allais choisir la Transition, jusqu’à cet attentat. Vous savez, cette attaque des « éveillés » contre un des serveurs. Ces terroristes ! Je les déteste, aucun respect pour ceux qui ont fait leur choix ! Ils m’ont foutu les jetons et j’ai reconsidéré ma décision. Et puis, la semaine dernière j’ai reçu l’invitation. Mes parents l’ont reçue avant moi pour être exacts. Et ils me l’ont caché. Je ne sais pas si je pourrais leur pardonner. Heureusement que le protocole prévoit l’envoi d’un conseiller. Résultat aujourd’hui, j’ai 18 ans et je me présente devant vous pour ce jour de la Transition avec une incertitude. Je ne sais pas quoi faire. Rester ou Transitionner, je ne peux donc vous donner une réponse ! ».

Les membres de l’auditoire se regardèrent avec étonnement chez les uns, consternations chez les autres. L’un d’eux finit par prendre la parole : « Vous devez nous donner votre décision jeune homme. »

– Je sais que c’est la règle, répondis je aussitôt. Mais je ne suis pas sûr. Comment voulez-vous que je le sois !
– Mon garçon, dit une femme en se levant. Chaque citoyen, à ses 18 ans, doit choisir s’il veut vivre le reste de son existence dans la réalité ou être transféré dans une simulation virtuelle. En l’absence de réponse claire et évidente, tu resteras dans la réalité. Ne fais pas l’erreur de te priver de ce choix, tu risques de le regretter toute ta vie. »

J’essayais de trouver mes mots. De réfléchir vite, peser le pour et le contre.

« – Nous n’avons pas toute la journée, s’exclama un autre juge. Des dizaines d’autres jeunes vont venir après toi. Le planning est chargé aujourd’hui.
– Okay, très bien ! Finis je par dire sous la pression. Je vais choisir la Transition !
– Bien. Nous prenons note de ce choix. Carl Anderson sera transféré lors de la session numéro 7. Je vous prie d’emprunter la porte à votre droite pour passer à l’étape suivante : Les paramètres de la simulation. Merci. »

Je me dirigeais vers la porte en question. Ma bouche était sèche. Avais je parlé trop vite ? Et si je regrettais ce choix ? J’essayais de vider mon esprit de toute cette confusion et entra dans la pièce suivante.

Une pièce blanche éblouit mes yeux clairs comme si les murs étaient faits de lumière. Une voix s’adressa soudain à moi : « – Bonjour Carl. Content de savoir que vous avez choisi la Transition. Je suis là pour vous aider à configurer votre prochaine vie. Mettez-vous à l’aise. »

Une chaise s’éleva du sol. Avec une certaine appréhension, je m’approcha et m’assis. La voix continua : « – Alors tout d’abord, selon l’analyse de votre jeunesse, nous avons établi une simulation correspondant à vos traits, désirs, rêves et centres d’intérêt. Vous êtes libres de la rejeter complètement, ou seulement certains aspects. Avez-vous des questions ?
– Êtes-vous une personne ? Demandais-je. Je veux dire un humain ?
– Si vous n’êtes pas en mesure de le savoir clairement, alors je ne vois pas en quoi cela importe. »

Même si j’étais sûr que c’était une intelligence artificielle, je n’en fis pas mention.

« – Votre simulation par défaut est la suivante, annonça la voix. Vous êtes un artiste extrêmement influant dans le Venise du 16e siècle. Vos peintures se font remarquer à travers l’Europe et les plus grands souhaitent vous engager. Des remarques jusqu’à présent ?
– La Renaissance est effectivement ma période historique préférée, mais j’aimerais plutôt vivre au 15e siècle. Et pas seulement un peintre. Non, plutôt un artiste complet comme Leonardo Da Vinci. Et à Florence.
– C’est noté. À 21 ans vous rencontrez la femme de votre vie. Elle est physiquement basée sur votre actrice favorite : Stéphanie Jovoda. Des remarques jusqu’à présent ?
– Hum… en faite, je suis plus attiré par Isabella Rosso depuis quelque temps. Et j’aimerais avoir 3 enfants. 2 garçons et une fille.
– C’est noté. À l’âge de 25 ans …
– Stop ! Le reste je ne souhaite pas le savoir.
– Vous avez la possibilité de configurer tout le reste de votre simulation. Une fois transféré, vous ne vous souviendrez plus de votre vie actuelle. Des faux souvenirs de l’âge de 0 à 18 ans vous seront implantés et votre vie simulée sera perçue comme parfaitement imprédictible. En d’autres termes, vous n’aurez absolument aucun moyen de savoir que vous vivez selon un scénario prédéfini par vous même.
– Oui je sais tout cela. Mais j’ai entendu certaines rumeurs parlant d’un bug. Certains transférés auraient eu des sortes de réminiscence. Ils se sont souvenus des détails qu’ils ont paramétrés et ont ainsi vécu le reste de leur simulation dans le cauchemar de savoir tout ce qui allait leur arriver.
– Des rumeurs infondées perpétrées par les groupes anti-transition. N’ayez aucune crainte Carl.
– Je ne souhaite pas prendre le risque. Écrivez le reste.
– C’est noté. Dès votre mort, nous nous retrouverons pour paramétrer une autre vie. En attendant, veuillez vous rendre à la porte devant vous pour procéder au transfert de conscience. »

Une porte apparut au milieu du mur, là où il n’y avait que du blanc. Je me leva doucement de la chaise pour marcher en direction de ma prochaine vie. Chaque pas que j’empruntais était comme de petits adieux au monde réel.

Florence – 1468.

Dans une magnifique chambre tapissée de mille couleurs brodées à la main, un tableau se trouvait à moitié peint au centre de la pièce. Allongé sur le lit, j’ouvris les yeux.

Pour aller plus loin...

.

Cet article a été écrit par :

Gaëtan

Lorsqu’à 10 ans, j’ai vu le film « Matrix » : BOOOM ! Science-fiction + cinéma, voilà le combo qui m’a motivé à faire du storytelling, une part centrale de ma vie. Depuis, je n’ai cessé d’écrire et réaliser des courts métrages en explorant plusieurs formats, genres et approches. Je réalise aujourd’hui que le questionnement sur la nature de la réalité se retrouve dans presque tous mes projets, mais j’ai également la volonté de donner ouvertement à penser. Les questions sont souvent plus importantes que les réponses et je compte bien continuer à en poser plein … surtout concernant l’avenir !!!

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACTEZ NOUS

En cours d’envoi

© 2017 The Flares - Tous les articles et histoires sont sous la licence Creative Commons - Toutes adaptations ou usages commerciaux quelconques sont interdits.

Pourquoi soutenir le collectif The Flares ?

  • Permettre l’essor de nouvelles idées concernant l'avenir.
  • Offrir plus de visibilité à des auteurs et cinéastes de science-fiction.
  • Favoriser une prise de conscience générale sur le monde.
  • Faire partie d'un mouvement engagé.

Souhaitez-vous faire un don au collectif The Flares ?

À quoi servira votre don ?

Votre don servira exclusivement à assurer les coûts nécessaires au fonctionnement de la plateforme.

Remplissez le formulaire ci-dessous pour recevoir le livre gratuitement.

Informations envoyées avec succès :o)

 

Vérifiez votre boîte mail pour récupérer le livre.

Dernière étape : complétez ce formulaire pour rejoindre la communauté.

Consulter la charte d'utilisation des données privées.

Pourquoi soutenir le collectif The Flares ?

  • Permettre l’essor de nouvelles idées concernant l'avenir.
  • Offrir plus de visibilité à des auteurs et cinéastes de science-fiction.
  • Favoriser une prise de conscience générale sur le monde.
  • Faire partie d'un mouvement engagé.

Souhaitez-vous faire un don au collectif The Flares ?

À quoi servira votre don ?

Votre don servira exclusivement à assurer les coûts nécessaires au fonctionnement de la plateforme.

Remplissez le formulaire ci-dessous pour recevoir le livre gratuitement.

Informations envoyées avec succès :o)

 

Vérifiez votre boîte mail pour récupérer le livre.

Dernière étape : complétez ce formulaire pour rejoindre la communauté.

Consulter la charte d'utilisation des données privées.

Pourquoi soutenir le collectif The Flares ?

  • Permettre l’essor de nouvelles idées concernant l'avenir.
  • Offrir plus de visibilité à des auteurs et cinéastes de science-fiction.
  • Favoriser une prise de conscience générale sur le monde.
  • Faire partie d'un mouvement engagé.

Souhaitez-vous faire un don au collectif The Flares ?

À quoi servira votre don ?

Votre don servira exclusivement à assurer les coûts nécessaires au fonctionnement de la plateforme.

Remplissez le formulaire ci-dessous pour recevoir le livre gratuitement.

Informations envoyées avec succès :o)

 

Vérifiez votre boîte mail pour récupérer le livre.

Dernière étape : complétez ce formulaire pour rejoindre la communauté.

Consulter la charte d'utilisation des données privées.

Pourquoi soutenir le collectif The Flares ?

  • Permettre l’essor de nouvelles idées concernant l'avenir.
  • Offrir plus de visibilité à des auteurs et cinéastes de science-fiction.
  • Favoriser une prise de conscience générale sur le monde.
  • Faire partie d'un mouvement engagé.

Souhaitez-vous faire un don au collectif The Flares ?

À quoi servira votre don ?

Votre don servira exclusivement à assurer les coûts nécessaires au fonctionnement de la plateforme.

Remplissez le formulaire ci-dessous pour recevoir le livre gratuitement.

Informations envoyées avec succès :o)

 

Vérifiez votre boîte mail pour récupérer le livre.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?